elephants_asie_thailande_bebe_maman_famille_jeu_trompe

Voir les éléphants en Thaïlande :

une solution éthique

Comme vous le savez peut-être déjà, j’ai rédigé une petite saga de 3 articles sur les éléphants d’Asie. Mon objectif est de dénoncer les pratiques des centres touristiques habituels. Aujourd’hui, je vous écris le dernier article de la saga où je vous partage les solutions et alternatives plus éthiques afin de rencontrer cet animal sacré lors de votre prochain voyage en Thaïlande. Effectivement, ces solutions sont basées sur le respect de l’animal… J’espère, dans les années à venir, que de plus en plus de personnes seront sensibles aux conditions animales de la faune sauvage gardée captive à des fins touristiques. De même, j’espère que le nombre de camps de trekking diminuera, voire deviendra carrément nul, au profit des sanctuaires et des parcs nationaux.

bébé_elephant_asie_thailande_chiang_mai_sanctuaire
Idéal : des éléphants sauvages

Plus bas dans cet article, je vais vous parler de certains sanctuaires. Cependant, gardez à l’esprit bien qu’ils soient meilleurs pour la santé et les conditions de vie des éléphants en captivité, ce ne sont psas ces sanctuaires qui leur offriront une vie aussi belle que celle d’un éléphant sauvage. En effet, dès que l’éléphant se trouve dans un centre dirigé par l’Homme pour le tourisme, même dit éthique, l’éléphant est passé par la phase du phajaan (pour en savoir plus sur cette méthode, parcourez mon article). Les sanctuaires sont pour le moment une meilleure approche, une alternative momentanément plus éthique aux camps de trekking. Mais ça ne veut pas dire qu’elles sont adaptées à l’animal en question pour autant.

Centre éthique : pas de trekking à dos d’éléphants

Le point commun et la condition sinequanone de ces dits sanctuaires est le refus catégorique de monte de l’éléphant. Les mahouts sont autorisés à conduire leur éléphant en se positionnant sur leur nuque (beaucoup moins fragile que leur dos) et sans armatures. Cependant, vous ne verrez jamais un touriste en faire de même. Ici, on reconnaît les méfaits du trekking à dos d’éléphant. Et ce, autant au niveau des conditions déplorables de travail de l’éléphant, autant au niveau du manque de considération de l’animal en tant qu’être vivant et sensible.

Malgré tout, les visiteurs souhaitent tout de même passer un moment privilégié avec le pachyderme. Ainsi, c’est pour répondre à cette demande que les sanctuaires proposent souvent deux activités phares : le bain et le nourrissage.

bébé_éléphant_asie_thaïlande_éléphanteau

Le bain des éléphants

Le bain des éléphants, un moment d’exception

Le bain des éléphants est sans doute l’activité la plus attendue et appréciée par les visiteurs. En effet, vous êtes au plus proche de l’animal, dans un environnement souvent rendu le plus exceptionnel possible (comme une rivière locale par exemple). Et puis il semble y prendre tant de plaisir ! Les éléphants sont très joueurs. Par conséquent, ils adorent jouer dans l’eau, dans la boue, dans le sable ! Le bain, dans certaines conditions, peut représenter un moment tout à fait ludique pour eux.

Cependant, le moment peut rapidement devenir stressant pour l’animal s’il y a trop de monde autour de lui, si les gens crient et s’esclaffent, s’il est trop touchés par les visiteurs qui souhaitent le caresser etc. A vous donc de rester respectueux de l’animal lors de votre rencontre avec lui. Choisissez un centre qui régule notamment le nombre de visiteurs par jour ainsi que les interactions. Ca assure un certain sérieux et un certain respect de l’animal.

Le bain de boue

Deux possibilités de bain sont organisées dans ces centres : soit le bain de boue, soit le bain d’eau. Le bain de boue est souvent organisé pour l’animal uniquement (les visiteurs observent seulement, sans interragir). Cependant, vous trouverez certains centres qui le proposent comme une activité participative également. Le bain de boue a généralement lieu en général entre 12H et 14H, lorsque le soleil est haut dans le ciel et tapant. La boue a plusieurs vertus pour ce géant terrestre. D’abord, il protège du soleil. Comme expliqué dans les précédents articles, la peau de l’éléphant d’Asie ne le protège pas des coups de soleil. Par conséquent, la boue est un bon moyen de faire barrière aux rayons lumineux. Mais pas que ! Elle joue aussi le rôle de régulateur thermique et de protection anti-moustique et ou contre d’autres insectes.

Les éléphants, pour se ventiler, n’ont que leurs oreilles dont la peau est très fine. Effectivement, on peut régulièrement les voir «battre des oreilles». De cette manière, l’air frais provoqué se dissipe et permet au sang des nombreuses veines de cette partie du corps de refroidir rapidement. Ce sang frais sera ensuite envoyé dans tout le reste du corps. La boue permet le même principe de thermodynamique.

elephant_thailande_asie_fille_rencontre_sanctuaire_chiang_mai

Nourrir les éléphants en Thaïlande

Des fruits frais pour l’éléphant

La 2e activité phare a souvent lieu en début et en fin de journée. Dans la plupart des centres, il vous sera proposé de nourrir l’animal qui vous aura accompagné pour la journée. Ici, de nouveau plusieurs possibilités. La première, la plus courante, est de le nourrir avec un panier de fruits frais. Les fruits proposés sont souvent des bananes, des ananas et des melons. Des tubercules d’igname, des concombres et des potirons peuvent parfois accompagner les fruits. Il vous suffit alors de prendre le fruit ou le légume et de le tendre à l’éléphant qui viendra le chercher délicatement avec sa trompe pour ensuite l’engouffrer dans sa bouche et se régaler !

Le saviez-vous ?

Faire patienter l’animal devant un fruit pour pouvoir prendre la photo parfaite avec lui ou encore  lui donner une petite banane à la fois n’est pas du tout agréable pour lui. C’est comme si on vous agitait un morceau de cake sous le nez, mais que vous n’aviez pas le droit d’y toucher ou uniquement d’en prendre une minuscule miette. L’éléphant s’en sentira frustré. Et c’est dans ces cas-là que les accidents peuvent arriver 

Des boules de riz collants pour les vieux éléphants

La seconde possibilité proposée par les sanctuaires, c’est de cuisiner avec les cornacs. A leurs côtés, vous préparez des boules de riz collant avec de la mangue ou du potiron cuit. En général, ces repas sont donnés aux éléphants malades ou qui n’ont plus de dents…. Pour commencer, vous participez donc à la préparation du repas. Ensuite, vous finirez votre journée en beauté en offrant votre met à votre éléphant. Donnez lui son repas dans la trompe ou directement dans la bouche !

éléphants_asie_thaïlande_nature_sauvages_liberté

Ce que j’aime dans ces centres éthiques…

Pas de balades à dos d’éléphants

Bien que mon avis soit mitigé sur ces sanctuaires, je pense qu’il s’agit dans un premier temps d’une chouette alternative aux camps de balades à dos d’éléphant. Les animaux n’y sont plus montés et ne doivent plus porter de poids hallucinants plusieurs heures chaque jour.

Un environnement presque naturel

De plus, les camps en question sont souvent localisés dans un endroit plus naturel qu’en pleine ville. Par conséquent, leur environnement de travail est meilleur pour leur santé. A la fois en raison du le soleil tapant (ils peuvent ici s’abriter du soleil à l’ombre des arbres) et à la fois à cause des vibrations du sol en ville. En effet, en vivant en forêt, les éléphants sont moins exposés aux sur-stimulations vibratoires perçues par leurs pieds ultra-sensibles qu’en centre-ville.

Activités éthiques 

Les activités proposées aux visiteurs ne sont pas néfastes pour la santé de l’animal. Effectivement, ce sont des activités qui, de base, se veulent naturelles et appréciables par l’éléphant. Il y a en général une présentation éducative sur l’animal, pas uniquement un tourisme sans but de sensibilisation et d’apprentissage. Enfin, les visiteurs ont l’occasion de vivre des instants magiques au plus près de leur animal favori et de les observer ! La visite d’un sanctuaire est pour moi un bon compromis entre l’envie irrésistible de rencontrer l’animal emblématique du Pays du Sourire et ne pas en faire votre esclave !

Ce que j’aime moins dans ces centres …

Les fausses idées véhiculées les mettant parfois sur un piédestal en oubliant que s’ils existent, c’est parce que le phajaan a encore lieu … Pour apprendre les dessous cachés et se faire une opinion impartiale en toute connaissance de cause, je vous invite à parcourir mon précédent article. Après un mois de volontariat dans un sanctuaire, je vous partage à coeur ouvert ce que j’ai appris, découvert et le résultat de mes recherches et échanges.

elephant_asie_thaïlande_défense

Sanctuaires éthiques que je recommande

Parmis les nombreux sanctuaires d’éléphants en Thaïlande, difficile de faire un choix. En effet, peu d’entre eux sont vraiment éthiques selon moi. Cependant, voici les 2 centres que je vous recommande pour une rencontre respectueuse avec ces majestueux pachydermes en Thaïlande :

Voir les éléphants en Thaïlande : sanctuaire éthique ou à l’état sauvage ?

Au final, si ce qui vous tient à coeur c’est d’observer l’animal sauvage davantage que d’interragir avec lui, je vous invite à les rencontrer dans leur environnement naturel directement ! En revanche, vous ne pouvez pas être certain à 100 % de les croiser… Mais si vous les voyez, la joie n’en sera que plus grande. En Thaïlande, vous pouvez observer des éléphants à l’état sauvage dans différents parcs nationaux. Partez en expédition avec des guides nature spécialistes de la région. Je vous en recommande 3 : Khao Sok dans le Sud, Khao Yai à proximité de Bangkok et Khao Sam Roi Yot loin des sentiers battus.

En bref …

En conclusion, je pense que les sanctuaires sont une alternative idéale à moyen terme. Considérablement mieux que les camps de trekking, mais représentant encore un business touristique ne valant pas l’observation du pachyderme dans son environnement naturel. Il est un bon compromis entre respect de l’animal et interactions inoubliables avec cet être majestueux.

 

Voyagez éthiques :

découvrez, vivez, expérimentez et respectez !

Sawadi Kâââ !

Louise
elephant_asie_thaïlande_nature