carte-voyage-préparation

Coronavirus :

l’impact sur le voyage

On se demande tous quel impact aura la crise du coronavirus sur le voyage. La pandémie que nous vivons en cette année 2020 impactera le monde entier et ce dans chaque génération. Elle intervient directement dans  l’intégralité des aspects de la vie de chacun, c’est une certitude. Le domaine du voyage est évidemment directement touché notamment de par la fermeture momentanée des frontières. Un bon nombre d’entreprises ont fait faillite et ont été contraintes à mettre la clé sous la porte… Cependant, si le tourisme vit un down international en ces temps de confinement, on peut s’attendre à une explosion du domaine et à un pic ultra puissant ces prochaines années. Notamment dans la sphère des millennials, et ce pour différentes raisons. Allons-nous vraiment voir une différence avant / après pandémie dans le monde du tourisme ? Concrètement, comment le coronavirus va-t-il influencer le voyage à l’avenir ?

Recentre sur l’essentiel

On l’a vu, la crise du coronavirus a fait ressortir l’humanité chez chacun de nous. En effet, elle nous a tous fait nous remettre en question ainsi que le mode de vie qu’on avait auparavant. Finalement, qu’est-ce qui est vraiment important pour moi ? Cette question s’est sans doute imposée à toi à plusieurs reprises, peut-être sous d’autres mots, durant la crise sanitaire. Ainsi, on remarque que le covid-19 nous aura impacté de l’intérieur également. On réalise que certaines choses auxquelles on accordait de l’importance sont finalement futiles et que d’autres en revanche méritent d’être davantage considérées à l’avenir. Chacun a revu ses propres priorités et le coronavirus a été surement été un des éléments déclencheurs de cette remise en question intra-personnelle.

mont-saint-michel-voyage-france
citytrip-paris-europe

Le voyage, une solution au besoin social et de liberté  

Si le coronavirus nous a aidé à ré-hiérarchiser nos valeurs, elle nous a aussi ouvert les yeux sur nos besoins fondamentaux. Effectivement, c’est en en étant privé que nous avons réalisé à quel point nous avions besoin des autres et de notre liberté. Coupés physiquement de notre vie sociale, nous avons pris conscience de l’importance de celle-ci dans notre quotidien et dans notre bien-être. De la même façon, c’est en étant confinés chez nous que nous avons compris la chance que nous avions d’être libres de nous promener où nous voulions, de voyager, de faire ce que nous souhaitions… C’est pourquoi on peut probablement s’attendre à un engouement pour la vie sociale et la liberté géographique à l’avenir. 

Cette prise de conscience de la chance qu’on a d’avoir droit à cette liberté géographique sera, selon moi, une conséquence directe de la crise sanitaire sur le monde du voyage. Mais le coronavirus n’impacte pas la mentalité des voyageurs uniquement de cette manière…

Envie de voyage ?

“Vis ta vie à fond et n’aie pas de regret !”

 

Un effet exacerbé suite au coronavirus

Chez les jeunes, on remarque une contre tendance de plus en plus forte suite au coronavirus. De fait, l’état d’esprit des jeunes générations suite au coronavirus peut certainement se résumer à la phrase suivante : “Vis ta vie à fond et n’aie aucun regret”. Peut-être est-ce en réaction à une certaine forme de peur ? La peur que notre vie puisse changer du tout au tout en si peu de temps notamment. Il est indéniable que notre quotidien s’est métamorphosé en une dizaine de jours à peine vers la mi mars. Personne ne l’a vu venir ou du moins, pas de manière si radicale et rapide.

Le fait qu’un virus ai pu avoir autant d’impact sur tous les aspects de nos vies peut être perçu comme une angoisse. Il démontre que notre liberté et notre mode de vie ne tient qu’à un fil. Alors pourquoi remettre à demain ce qu’on aimerait faire aujourd’hui… ?  Ainsi, j’entends beaucoup de jeunes me parler de leurs grands projets d’aventure dans leur vie. La pandémie passée, les voyages risquent bien de reprendre de plus belle. Encore une fois, le coronavirus va impacter le voyage à l’avenir et surtout, marquer profondément les esprits…

Le confinement, une leçon de vie ?

De manière plus générale, je pense que ça ne sert à rien de faire quelque chose qu’on ne veut pas faire seulement en vue de satisfaire un désir à venir supposé. Si on veut entamer une formation, lancer son entreprise, partir voyager dans tel pays ou s’expatrier dans un autre, pourquoi attendre plus tard ? Il sera toujours temps de se donner les moyens d’accéder à ce qu’on voudra potentiellement dans 10 ans à ce moment-là. 

Ce qui ressort le plus chez les personnes de moins de 35 ans, c’est l’envie de profiter de la vie au moment présent. Trop souvent on décide de travailler dur et de remettre à plus tard nos rêves. Sauf que, comme le coronavirus nous l’a démontré, tout peut basculer en un rien de temps. Et notre rêve pourrait bien ne plus être accessible plus tard. On ne peut pas savoir ce qui se passera dans l’avenir. Alors autant profiter et décider de vivre ses envies du moment. Vous ne pensez pas ?

voyage-france

Confinement : le temps mis à profit pour se développer

 

Qui dit coronavirus, dit confinement. Et qui dit confinement, dit gain de temps. Par conséquent, ce temps peut être mis à profit de vos propres projets. Ainsi, de par la distanciation sociale et le temps gagné en restant chez toi, tu pourras davantage te concentrer sur tes objectifs. Qu’ils soient professionnels, personnels, sportifs, artistiques ou encore touristiques. 

Tu as toujours voulu lancer ton propre business en ligne ? A présent, tu as le temps pour te former et passer à l’action. Tu prévoyais un voyage prochain en Croatie ? Alors prends le temps de préparer ton itinéraire minutieusement. Tu adorais lire mais manquais de temps ? C’est le moment de te plonger dans un roman ou de te refaire une nouvelle bibliothèque sur la thématique qui te passionne. Bref, le confinement, ça a du bon aussi. On n’a jamais eu autant de temps pour savourer nos loisirs ou pour se former pour atteindre nos objectifs.

Coronavirus : toute une génération marquée

 

Pour ces diverses raisons, on peut s’attendre à des effets importants sur les jeunes générations. Tout comme mai 68 a marqué la génération des baby boomers, on suppose que l’élément marquant de la génération des 2000 pourrait bien être la pandémie du coronavirus. Il est évidemment trop tôt pour mesurer les conséquences à long terme sur ces jeunes. Cependant, les hypothèses sont nombreuses. Entre autres, un état d’esprit basé sur les plaisirs immédiats ou à moyen terme, une conscience du besoin social et de liberté et importance des valeurs personnelles. Autrement dit, le voyage semblerait correspondre à ces critères

Comme dit ci-dessus, rien ne peut être affirmé avec certitude pour le moment. Chacun y va de son pronostique. Mais personnellement, je crois en la croissance du tourisme et le renouvellement de celui-ci.

France-voyage
fromage-vin-france

Le voyage après coronavirus : quel avenir ?

 

Certes, je crois en l’évolution du tourisme et un retour aux sources du voyage. Cependant, il serait utopique de s’attendre à un tourisme post coronavirus similaire au tourisme pré coronavirus… Effectivement, l’envie de découverte de notre propre région s’ajoute à présent à la conscience écologique générale. Ainsi, on peut s’attendre à plusieurs effets d’après moi :

Une certaine réserve à voyager

Les personnes souvent plus matures et responsables risqueront d’être profondément marquées par le risque de deuxième vague. Et par conséquent, elles préfèreront ne pas risquer de propager le coronavirus à travers la planète. C’est pourquoi on peut s’attendre à ce que ces personnes favorisent les voyages en France ou en Europe plutôt que sur d’autres continents.

En revanche, on peut aussi s’attendre à l’effet inverse

A savoir, l’envie de profiter et de parcourir le monde tant qu’on en a l’occasion. On retrouvera certainement cet état d’esprit chez les personnes plus jeunes (moins de 35 ans environ). Je fais ici la différence entre les personnes plus jeunes et les personnes plus matures. Non pas par catégorisation mais par probabilité. On remarque en psychologie de la personnalité que les traits liés à l’aventure et à la prise de risque ont tendance à croître en moyenne jusqu’à l’âge de 35 ou 40 ans environ. Ensuite, la raison prend généralement le dessus…

Un tourisme plus humain

Effectivement, nous traversons cette crise sanitaire tous ensemble. Si le coronavirus a pu effrayer, il a également fait ressortir notre solidarité et notre conscience collective. Même dans les différences culturelles. Et ce n’est pas seulement par peur de l’attraper que les personnes ont momentanément arrêté de voyager. Mais c’est aussi par peur de contaminer les autres. Prêter attention au bien-être et au respect des autres peuples pendant la pandémie pourrait bien nous impacter. En effet, selon moi, la conscience générale est au respect des individus. Qu’ils soient comme nous ou différents. Par conséquent, on peut s’attendre une plus grande conscience humaine collective. Le respect des populations locales et de leurs cultures pourraient bien bénéficier par la suite de cet élan d’empathie due à la crise sanitaire…

humanité-solidarité

Un pouvoir d’achat limité

De fait, les premiers mois qui suivront la fin de la crise sanitaire et le début de la réouverture des frontières à l’international subiront encore l’impact économique. La majorité des foyers auront encore leur pouvoir d’achat faible suite au coronavirus. Celui-ci augmentera à nouveau avec le temps, mais on peut s’attendre à une certaine réserve des voyageurs quant à l’investissement dans leurs loisirs, à savoir le voyage. En effet, voyager n’est pas indispensable pour eux. Et les gens risquent bien d’avoir peur de l’arrivée d’une seconde vague de coronavirus les premiers mois. C’est pourquoi on peut s’attendre à ce qu’ils choisissent de dépenser moins dans des loisirs non indispensables. Juste au cas où ils devraient à nouveau faire face financièrement à un confinement.

Ma conclusion ?

 

En bref, je pense que le monde du voyage va se relever doucement de cette crise sanitaire. Les premiers mois, nous serons probablement tous (ou presque) sur nos gardes. Petit à petit, la peur d’une seconde vague s’estompera. Et c’est à ce moment là que le besoin de liberté et de profiter de la vie se feront ressentir en force ! Personnellement, je pense qu’on verra le monde du voyage exploser de manière exponentielle. En effet, une fois ce break point de la peur dépassé, les gens voudront voyager. Certes l’envie sera peut-être même encore plus présente, cependant la notion de voyage sera bien différente d’avant le coronavirus.

Personne ne peut à ce stade prédire l’avenir. Tout le monde y va de son pronostique, mais nous verrons bien ce que tout ça nous réserve ces prochains mois et ces prochaines années…

A toi !

 

Comme mentionné tout au long de cet article, rien n’est encore affirmé. Tout est flou pour le moment quant à l’impact du coronavirus sur le voyage. On doit vraiment réagir à cette pandémie au jour le jour. Dans cet article, je ne partage que mes propres impressions. Rien n’a été annoncé officiellement ni confirmé.

Dis moi en commentaire comment tu envisages les conséquences futures du coronavirus sur le voyage ces prochains mois et ces prochaines années ! N’oublie pas d’expliquer pourquoi. Il y a certainement de nombreux points dont je n’ai pas tenu compte dans ma propre vision de l’avenir du voyage 😉

Louise

Tu cherches une idée pour un voyage en France cet été ? Retrouve mes conseils pour une escapade en Baie de Somme dans cet article.